femme qui perd ses cheveux

Commençons par énoncer une vérité douloureuse 

Perdre ses cheveux, c’est normal. Chaque jour, nous éliminons entre 45 et 60 cheveux car ils se renouvellent en permanence. Il est donc normal d’en trouver quelques uns sur sa brosse ou dans le lavabo de la salle de bain. Ce n’est qu’au-delà d’une perte quotidienne de 60 cheveux que l’on parle de « chute » et que les médecins donnent à ce phénomène le nom médical d’alopécie.

 

En cause : le stress et la fatigue

Lorsqu’elle survient brutalement et concerne l’ensemble du cuir chevelu, il s’agit d’une chute « aiguë ». Elle s’observe surtout chez la femme et se manifeste environ 3 mois après une grossesse, un traitement médicamenteux, une forte fièvre, une période de stress ou un régime draconien. Les saisons jouent aussi un rôle.  Au printemps, en automne et au début de l’hiver, il n’est pas rare que les cheveux tombent. L’hypothèse avancée est que les variations de lumière fragiliseraient le bulbe capillaire provoquant une accélération de la phase de chute. Cette alopécie ne dure en général pas plus d’un mois.

Mais pour l’enrayer plus rapidement et booster la repousse, commencez par adopter un mode de vie sain : si le stress est à l’origine de ce problème, pratiquez régulièrement des exercices de relaxation à la maison ou inscrivez vous à un cours de yoga ou de sophrologie hebdomadaire. Le sport également aide à se relaxer, et à oxygéner les bulbes. Le tabac est à réduire également.

Concernant lalimentation, inscrivez à votre menu 2 ou 3 portions de lentilles vertes ou boudin par semaine afin de recharger votre organisme en fer. En parallèle, suivez une cure de compléments alimentaires estampillés « chute de cheveux ». A prendre à raison d’une à deux gélules par jour pendant 3 mois, ils vous apporteront les minéraux et vitamines dont votre chevelure a besoin. Enfin, côté soin, optez pour des produits d’hygiène « antichute » qui stimulent la racine, donc la repousse.

Au-delà de 3 mois, consultez un médecin

Si la chute continue voire s’accentue, les médecins parlent de « chute chronique ». Elle entraine une raréfaction progressive de la chevelure sur le dessus du crâne. Prenez rendez vous rapidement avec votre dermatologue. Il est courant de demander alors un bilan sanguin : réserves en fer (ferritine), fonctionnement de la thyroïde (TSH), voire bilan hormonal. Parmi les causes souvent retrouvées : les carences en fer, certains type de contraception, les dérèglements thyroïdiens, les excès d’androgènes (hormones  masculines).

L’analyse des cheveux par trichogramme, quant à elle, n’est pas systématique car elle n’entraine souvent aucune différence de prise en charge.

                 

  Photo : www.hairtransplantation.club/