Femme avec rides du front

Les effets du botox

Pour comprendre la conversation, il faut savoir que la toxine botulique est un médicament qui détend les muscles en diminuant leur contraction. Son efficacité dépend de la dose injectée (plus ou moins forte pour un effet simplement détendu ou carrément immobile), et bien sûr des muscles dans lesquels on l’injecte.

Si vous me suivez bien, vous aurez compris que la toxine botulique traite les rides dynamiques : les rides provoquées par la contraction répétée de certains muscles. Il s’agit typiquement des rides du lion (entre les sourcils), des rides horizontales du front, et des rides de la patte d’oie (qui apparaissent au coin de l’œil lorsqu’on plisse les yeux). D’autres rides apparaissent sur le bas du visage lorsqu’on sourit, mais il n’est pas question de paralyser les muscles de la mimique ou de la phonation ! Point de botox dans le bas du visage donc.

 

Faut-il traiter les rides d’expression ?

Les rides dynamiques du tiers supérieur du visage sont donc traitables par du botox. Oui, mais faut-il les traiter, sachant que les rides d’expression font le charme et la chaleur d’un visage ? Les avis divergent, et il appartient à chacun et chacune de se faire une idée. Mais pour ma part, je pense que le traitement de certaines rides d’expression est souhaitable dans de nombreux cas. Je m’explique.

Les rides dynamiques sont dues à des contractions musculaires involontaires, impossibles à inhiber par la volonté. Et certains visages sont très mobiles et très expressifs, depuis toujours, les gens le disent spontanément. Or dans ce cas, sur des peaux claires et fines, il est fréquent que les rides du front, du coin des yeux ou entre les sourcils apparaissent très tôt dans la vie, dès la vingtaine parfois. La peau marque alors rapidement, et les rides s’installent pour de bon, et persistent même lorsque les muscles sont au repos complet. Pour ma part, je considère qu’il s’agit d’une très bonne indication à injecter de la toxine botulique, à petites doses, afin de freiner la progression de ces rides, tout en conservant une certaine mobilité au haut du visage.

 

Finalement, à quel âge débuter le botox ?

En fin de compte, il n’y a pas vraiment d’âge pour démarrer les injections de toxine botulique. Les injections à titre préventif sont très intéressantes pour préserver la qualité des peaux fines et claires. On peut intervenir dès 25-30 ans dans ce cas. Pour d’autres femmes, au visage moins mobile, il n’y a aucune raison d’injecter avant 45-50 ans. Il y a malheureusement là une certaine forme d’injustice : certaines en ont besoin très tôt dans leur vie, d’autres jamais (les femmes asiatiques par exemple, ont rarement besoin de botoxer leur front).

Dans tous les cas, il s’agit d’un traitement sur-mesure, dont les doses et les points d’injection se discutent au cas par cas, afin de satisfaire la demande de chaque patient. Ainsi, les Parisiennes veulent des résultats discrets et subtils, alors que les Américaines aiment l’aspect figé.  En tout cas, il n’ y a pas d’inquiétude à avoir, tout est une question de dose. Et si vous avez encore des réticences, parlez-en à votre dermatologue, ou lisez les articles ci-dessous.

 

Sur le même sujet :

- 5 choses que vous ignorez sur le botox

- Rides inter-sourcilières : comment les traiter ?

- Botox : que savoir avant de se lancer ?