Hipster

Hoax ou rumeur fondée ?

Le point de départ, c'est une pseudo-étude initiée par  la chaine de télé américaine Albuquerque TV: des échantillons de poils prélevés sur quelques barbes ont été envoyés à un laboratoire privé, Quest Diagnostics, et analysés par un microbiologiste, John Golobic.

Le biologiste dit avoir trouvé, de façon surprenante, un nombre élevé de bactéries fécales. Il évoque sur ces résultats "un degré de saleté dérangeant", et conseille de se laver les mains souvent et de les "maintenir aussi loin que possible du visage".  

C'est ainsi que la barbe est entrée dans la (longue) série des "choses plus sales que la cuvette des toilettes". 

 

De nombreux objets plus sales que la cuvettes des toilettes

Notre pauvre cuvette de WC ne voit pas grand monde, on y trouve seulement quelques centaines d'espèces bactériennes provenant de nos déjections... et de notre peau. Et oui, on desquame aussi  aux toilettes !

Mais tout ceci est bien peu comparé à ce qu'abritent nos claviers d'ordi, nos téléphones, nos poignées de porte, ou même la carte d'un restaurant....

 

La peau héberge plus de bactéries que les toilettes

Notre peau, nos poils et nos cheveux ne sont pas stériles, heureusement pour nous !

Notre peau abrite 1 million de microbes par centimètre carré, et 25% de ces germes sont concentrés dans nos follicules pileux. On y trouve des bactéries et des champignons. Parmi tous ces germes, on trouve donc de façon normale: staphylocoques de différents types (dont le staph doré) et des streptocoques. On y trouve également de façon plus variable et transitoire des bactéries d'origine fécale.

 

Nos bactéries nous protègent

Le rôle de cette flore bactérienne très abondante sur notre peau et dans nos poils est de nous protéger des infections par d'autres germes. Ces milliards de bactéries avec lesquelles nous vivons en harmonie régulent le fonctionnement de notre peau. Et la composition de cette flore est propre à chaque individu, c'est notre "empreinte microbienne".

On sait aussi depuis peu que plus il y a de bactéries différentes sur notre peau, moins il y a de maladies inflammatoires (eczéma, psoriasis...). Et en cas de déséquilibre, ou de prolifération anormale d'une espèce, on voit apparaitre des infections ou des pathologies cutanées.

Je ne suis donc pas surprise des résultats biologiques qui ont fait tant de bruit, ils sont même très rassurants !

 

Et pour ceux qui veulent des preuves  scientifiques

Pour les rigoureux ou les dubitatifs, sachez qu'il y a déjà eu des études sérieuses sur le sujet "écologie bactérienne des poils faciaux ".  Chez les travailleurs hospitalier en l'occurrence.

Les conclusions sont rassurantes. Je cite: " Les résultats suggèrent que les travailleurs masculins barbus n'hébergent pas de bactéries plus préoccupantes que les travailleurs rasés de près, et que, dans certains cas, les travailleurs rasés de près sont significativement plus susceptibles d'être colonisés par des pathogènes hospitaliers causant des maladies".

Source: Wakeam E. Bacterial ecology of hospital workers 'facial hair: a cross-sectional study. J Hosp Infect. 2014;87 (1):63

 

Finalement, ça change quoi tout ça ?
 

Ces rumeurs sont peut-être l'occasion de s'interroger sur notre excès d'hygiène et la phobie des microbes de notre monde moderne. Ces ennemis invisibles hantent notre imaginaire, et on en oublie notre bon sens. Les progrès récents de la microbiologie ont permis également de comprendre le rôle essentiel des germes qui se trouvent sur notre peau

Alors inutile de stresser, notre système immunitaire est là pour nous protéger, et il a besoin d'entrainement régulier.  L'excès d'hygiène est nuisible à la santé de l'ensemble de notre organisme. Alors, à moins de travailler dans une profession où l'on doit respecter des protocoles d'hygiène  stricts,  mieux vaut se contenter du minimum.

Pour la barbe, un shampooing doux deux fois par semaine est bien suffisant.

Et puis, que penseriez-vous d'un homme à la barbe stérile ? L'idée vous laisse sceptique ? Ou septique peut être...

 

Photo: www.pixgood.com

Tags: