Tatouage cerveau

Cerveau et peau : des liens étroits

Epiderme et système nerveux ont la même origine embryonnaire (un tissu appelé l’ectoderme). De ce fait, peau et cerveau ont des similitudes biologiques : la communication entre les cellules cutanées se fait avec les mêmes substances qu’entre les cellules du cerveau.

Notre peau comprend donc les messages émis par le cerveau, elle les ressent et les exprime d’une façon très visible. Elle peut également envoyer des messages compréhensibles par le cerveau.

La peau a même été comparée à un cerveau étalé, par le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux (auteur de L’Homme neuronal et L’Homme de vérité).

 

La peau : un cerveau étalé ?

L’ensemble du réseau de nos nerfs est dense et complexes. Il existe des fibres nerveuses qui vont de la peau au cerveau et inversement. Compte-tenu de la surface que représente la peau, la communication est donc à tout instant très intense dans les deux sens !

Afficher l'image d'origine

Dans le cerveau, les zones consacrées aux sensations tactiles et à la motricité sont disproportionnées par rapport aux autres. Chez les bébés, il a été démontré que le simple fait d’être touché activait le développement des neurones. A l’inverse, le manque de contacts corporels entraine des troubles de l’apprentissage.

 

Peau et cerveau s’influencent mutuellement

Avec toutes ces données, on comprend mieux pourquoi, en effet, le cerveau peut influencer la peau. Ce sont surtout les périodes de stress qui affectent la peau, mais de façon variable selon les individus. En effet, l’inquiétude, la pression, ou le surmenage, tendent à aggraver des maladies de peau préexistantes, mais ils les déclenchent rarement. Nous ne sommes donc pas tous égaux face au stress. Si vous êtes sujet à l’acné, au psoriasis ou à l’eczéma, fatigue ou stress risquent d’aggraver les choses. De même pour la rosacée, la dermite séborrhéique..ou tout simplement les démangeaisons.

Mais on peut aussi souffrir d’une maladie de peau tout en menant une vie paisible. Dans ce cas, malheureusement, l’état de la peau influence négativement l’humeur, surtout si les lésions sont sur le visage. Vous vous sentez déprimé ou désespéré par vos boutons ou vos rougeurs ? C’est  normal, d’autant plus que ces pathologies sont chroniques, elles ne disparaissent jamais définitivement.

Des études de qualité de vie ont été menées auprès de personnes souffrant de maladies de peau. Il a ainsi été constaté une plus grande souffrance morale chez les malades de la peau, que chez les diabétiques ou les épileptiques ! C’est que la peau est constamment soumise au regard de l’autre…

 

Il est donc vrai que le cerveau influence la peau. Mais ce n’est pas une fatalité, et il y a bien des façons de limiter cet impact.

Voici des articles qui vous aideront, sur le même sujet :

Une peau en pleine forme !

Les effets du stress sur la peau

 

Photo : Kamil Czapiga Tattoo